Lorsque la pression s’éternise…

Le processus de la douleur
30 octobre 2020

Vous est-il déjà arrivé de passer par des moments difficiles, des moments qui vous mettent sous pression et que cela dure plus longtemps que la normale ? 

Nous parlerons dans cet article de moments de pression auxquels nous faisons face avec un enfant en situation de handicap mais la pression existe dans toutes les familles, dûe à des situation variées.

Par exemple, lorsque notre enfant enchaîne les virus, les moments de crise, les infections et autres… et que cela traîne sur plusieurs semaines voire plusieurs mois, il nous est alors compliqué de ne pas sombrer dans le découragement, la frustration et nous passons donc en mode « survie ».

Le handicap de notre enfant, qu’on le veuille ou pas, ramène un peu de pression au quotidien. Cette pression, on apprend à la gérer, on s’y adapte, on trouve un certain rythme et on l’apprivoise.

Cependant, lorsque des périodes comme citées ci-dessus font leur apparition, c’est une couche supplémentaire qui vient se rajouter à notre quotidien déjà pas comme les autres. 

Tout devient encore plus chamboulé et parfois même ingérable.

En plus des journées chargées, il faut gérer les nuits (souvent courtes) durant ces moments.

. Il y a des prises de médicaments qui peuvent venir se rajouter à la liste.

. Il y a des RDV médicaux qui viennent se rajouter à ceux déjà en place.

. Il y a la fièvre à surveiller, le mouchage à effectuer, les crises à calmer parce qu’ils ne comprennent pas ce qu’il se passe, les douleurs à identifier au travers d’un langage non verbal …

Tout cela bien sûr, en plus de tout ce qu’il y a à gérer en terme de handicap, mais aussi toutes les autres tâches qu’une famille doit faire (tâches de la maison, travail, factures, …).

Dans ce genre de moment, nous n’attendons qu’une chose: que tout cela « rentre dans l’ordre », que ça s’arrête !

Mais parfois, l’attente est longue, très longue et il nous faut trouver des solutions à l’instant présent pour ne pas tomber dans une dépression, pour ne pas être en apnée pendant plusieurs semaines !

Une chose est claire : juste patienter jusqu’à ce que ça s’arrête ne changera strictement rien à la situation présente.

Nous ne pouvons peut être pas faire en sorte que le délai d’attente soit raccourci mais nous pouvons faire en sorte que l’attente soit plus « gérable ».

Voici donc quelques points, très simples, que nous essayons de mettre en place lorsque nos enfants (à besoins spéciaux) ne vont pas bien sur une période assez longue. Il y en a d’autres bien sûr, chaque personne est différente et nous avons tous nos petites astuces pour gérer et évacuer la pression ! Mais il y en a d’autres, faites-vous confiance !

  • CASSER LA ROUTINE

L’un des pièges dans ces saisons est de laisser les journées se répéter les unes après les autres en faisant chaque jour les même choses. 

Durant ces moments, il y a comme un mode de vie automatique qui s’active chez nous;  nous consacrons nos journées à nous occuper des enfants en espérant que demain sera meilleur, nous nous “terrons” chez nous, car débordés, nous ne sortons plus ! On se dit que si c’est compliqué chez nous ce le sera encore plus si nous sortons. 

Il faut casser cette routine qui s’est installée par rapport à ces crises, ces virus, ces moments difficiles qui durent.

Même si cela paraît compliqué, il nous faut arriver à créer de temps en temps, en compagnie de notre enfant, des moments avec d’autres personnes, des sorties (même les plus simples et les plus courtes).

Faites quelque chose qui va à l’inverse de votre ressenti ! 

Même si nous n’arrivons pas à apprécier ces moments comme il se doit, ils viennent casser la routine et nous sortir de ce quotidien super chargé et sous pression.

  • LÂCHER LE CONTRÔLE SUR NOTRE ENFANT

Nous pouvons croire, à tort, que nous sommes les seuls à pouvoir nous occuper de notre enfant dans ces situations. Nous sommes peut être les plus aptes, les meilleurs pour notre propre enfant mais nous ne sommes les seuls à pouvoir en prendre soin.

Nous devons donc avoir des moments pour nous en tant que parents, en le laissant avec d’autres personnes, et sortir seul ou en couple, pour décompresser, s’aérer, se ressourcer, reprendre des forces pour faire face aux journées qui arrivent, se reposer, dormir, etc…

C’est très difficile, au départ, de laisser notre enfant alors que nous savons qu’il ne va pas bien ! Mais, personnellement, nous nous sommes rendus compte que ces personnes (avec lesquelles nous avons l’habitude de travailler) s’occupaient parfaitement de nos enfants et que cela leur faisait aussi du bien de voir d’autre personnes que nous !!!

  • FAIRE DES CHOSES QUE VOUS AIMEZ FAIRE 

C’est très simple ! 

Quelles sont les pratiques qui vous remplissent de joie ? Un ciné ? Le sport ? Le shopping ? …

La liste pourrait être longue.

N’hésitez pas à cibler ce que vous aimez, cela vous permettra de vous ressourcer plus rapidement !

  • AVOIR UNE ORGANISATION AU TOP

À l’origine, des familles comme la nôtre doivent avoir une organisation, un emploi du temps, bien géré au quotidien. Alors dans ces périodes difficiles, il faut redoubler d’effort sur la gestion de l’emploi du temps.

Temps de repos, temps de sorties, temps pour la maison, temps de soin pour l’enfant, temps pour soi, pour le couple, tout doit être noté de manière volontaire et apparaitre dans un planning !

Si nous ne le faisons pas, ça peut très rapidement partir en vrille ! 

Perdre du temps à faire notre emploi du temps nous procure un gain de temps énorme dans la semaine !

  • FAITES DU SPORT, UN EFFORT PHYSIQUE

Il nous faut évacuer toute cette pression de manière assez régulière et le sport est l’un des moyens les plus efficaces pour le faire.

Peu importe la forme que ça prend : exercices physiques, marche, course à pied, efforts physiques en faisant le jardin, etc…

Accumuler la pression encore et encore sans l’évacuer de temps en temps (effort physique ou sortir pour s’aérer (point N.2)) nous fera exploser, c’est juste une question de temps.

La fatigue physique influe aussi sur notre état moral.

Les moments physiques intenses nous permettent de renouveler nos forces et ainsi d’agir également sur notre bien-être moral.

Nous ne sommes pas obligés de tout subir à chaque fois et passer notre vie à être en mode survie! 

Il y a des choses que nous pouvons ajuster, réajuster, afin de passer pus facilement les différentes étapes !

Vous pouvez rajouter les points qui vous permettent de tenir face à la pression ! Comme nous l’avons dit, chacun ses petites astuces !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recevoir nos dernières news